Rse Estoria Interface Logo Estoria 07
LE BLOG RSE
Frédéric Bienfait et Fabrice Barbe

Vosgelis va accueillir des “tigistes” dans ses équipes

Partager l'article

Les bailleurs sociaux, depuis le 12 novembre 2019*, peuvent accueillir des jeunes condamnés à une peine de TIG (Travail d’intérêt général). Il allait de soi pour Vosgelis, déjà fortement engagé dans des problématiques sociétales telles que l’égalité d’accès à l’éducation ou la lutte contre la précarité menstruelle, de saisir cette opportunité de faire à nouveau œuvre utile.

Le TIG est un travail gratuit effectué dans une association ou un service public. C’est une peine qui peut être proposée à l’auteur de certaines infractions, sous réserve de leur accord, ayant au moins 13 ans au moment des faits et plus de 16 ans au moment du jugement.

Pour Fabrice Barbe, directeur général de Vosgelis (en photo aux côtés de Frédéric Bienfait, directeur de la clientèle), c’est un dispositif gagnant-gagnant. Pour la société d’une part, car le TIG comme alternative à l’emprisonnement participe à atténuer la surpopulation en maison d’arrêt et, surtout, apparait comme une solution éprouvée pour éviter la récidive ; pour les personnes concernées d’autre part, qui ont ainsi une occasion de se réinsérer par le travail ; et enfin pour Vosgelis qui peut s’appuyer sur des compétences éprouvées (les conseillers d’insertion et de probation de l’Administration pénitentiaire et les éducateurs de la Protection judiciaire) dans cette nouvelle mission lui permettant de fabriquer du lien social.

Les premières missions sont prévues fin septembre avec l’accueil d’un jeune au sein de l’agence Vosgelis de Remiremont.

C’est dans un quartier de Saint-Etienne-les-Remiremont que les premiers “tigistes” effectueront leur peine.

*Date à laquelle le Ministère de la Justice et l’Union sociale pour l’habitat (USH) ont conclu un accord national de partenariat pour favoriser le développement du travail d’intérêt général (TIG) et des actions de prévention, de lutte contre la récidive et de sortie de la délinquance dans le logement social.

Partager l'article